Les 12 règles à respecter pour le succès de votre application

Reading Time: 4 minutes

Dans un précédent article sur ce blog, nous vous avions présenté les 5 clés de succès d’une application mobile. Nous vous présentons aujourd’hui les 12 règles par indicateur métier à respecter qui feront le succès de votre application.

Inclusion

L’application doit être utilisable dans des conditions de réseau dégradées

L’application ne doit pas nécéssiter une version d’OS récente comme Android pour être utilisée. Certains utilisateurs ne suivent pas les mises à jour, volontairement ou à cause de leur plateforme qui ne leur permet pas. D’après notre “PlayStore Efficiency Report 2019“, seules 70% des applications sur le store sont compatibles avec toutes les versions d’Android.

L’application doit respecter les règles d’accessibilité et ne doit pas exclure des utilisateurs présentant des handicaps.

L’application doit aussi bien fonctionner sur des téléphones d’anciennes générations que sur les modèles récents et dernier-cri. Ce critère sera dégradé si vous ne respectez pas celui de la sobriété. 1/4 des applications du Google PlayStore exluent 10% des mobiles les plus anciens. (Source : PlayStore Efficiency Report 2019)

Sobriété

L’application doit limiter sa consommation d’énergie afin de ne pas vider la batterie de l’utilisateur. De plus en cas de consommation trop importante, le système va notifier l’application comme consommatrice à l’utilisateur. Certaines applications trop gourmandes peuvent réduire à moins de 3 heures l’autonomie des batteries. (Source : PlayStore Efficiency Report 2019)

L’application doit limiter sa consommation de ressources (nombre de CPU, mémoire occupée, données échangées) afin d’éviter toute lenteur ou pollution des autres applications (par exemple à cause de la fuite mémoire). 50% des applications du Google PlayStore continuent à effectuer des traitements après la fermeture de l’application. (Source : PlayStore Efficiency Report 2019)

L’application doit limiser sa consommation réseau afin de n’impliquer aucune charge sur les datacenters et ainsi éviter les surcoûts liés aux encombrements inutiles des serveurs.

Performance

Le premier lancement de l’application doit être rapide : sans cela, il est possible que vos utilisateurs n’aillent pas plus loin, le critère d’inclusion ne sera pas non plus respecté.

Les temps de chargement de l’application doivent être acceptables dans toutes les situations réseaux.

Discrétion

L’application ne demande peu voire aucune permission. Avez-vous réellement besoin de consulter la liste des contacts de votre utilisateur ? C’est d’autant plus important d’optimiser cela puisque plus de permissions il y aura, plus l’application consommera des ressources. Ce qui influencera donc de manière négative le critère de performance.

L’application n’intègre peu voire aucun traqueur. L’intégration d’une quantité importante de traqueurs va impliquer une consommation de ressource plus importante mais peut aussi provoquer des bugs. Ce constat est d’autant plus vrai que la connexion sera dégradée.

D’après notre “PlayStore Efficiency Report 2019“, les traqueurs, analytiques et permissions sont omniprésents (44% des applications en possèdent plus de 5).

Écologie

L’application doit respecter le critère de sobriété, l’impact CO2 lié à l’usage sera plus faible tout comme la pression des ressources sur les composants du matériel de l’utilisateur (usure batterie, perte de performance). De ce fait, l’utilisateur sera moins propice à renouveler son matériel, ce qui diminue le risque d’obsolescence. Notre dernière étude à d’ailleurs montré que les applications sur mobiles contribuent au minimum à 6% des émissions de CO2 du numérique.

Quelques pistes pour l’amélioration de son score GREENSPECTOR App Mark

Améliorer directement l’application

Plusieurs métriques sont évaluées par le GREENSPECTOR App Mark et directement améliorables.

Version minimum du SDK : autoriser des versions plus anciennes d’Android évite l’exclusion des utilisateurs possédant des plateformes d’anciennes générations.

Nombre de traqueurss : moins l’application va posséder de traqueurs, plus elle sera respectueuse des données de l’utilisateur ainsi que de la protection de sa vie privée. De plus, les traqueurs via les traitements et les échanges de données viennent augmenter la consommation de l’application.

Taille de l’APK : plus le binaire de l’application est gros, plus le réseau va être solicité et moins l’application sera efficiente. De plus, une taille d’application importante va utiliser l’espace de stockage limité de certains utilisateurs.

Données chargées : nombre de données chargées tout au long du parcours de test. Limiter ces données va permettre de réduire la consommation de ressources à la fois sur le smartphone et sur le réseau.

Données chargées en tâche de fond : lors que l’application n’est pas utilisée, elle doit limiter son impact et envoyer ou recevoir le moins de données possible.

Métriques plus globales

Certaines métriques sont directement liées à l’impact de l’application et à son efficience. Il est possible d’agir dessus via les métriques précédentes, voir par d’autres axes (optimisation fonctionnelle, amélioration du code source…)

CO2 : plus l’application va consommer de l’énergie, plus la batterie va être solicitée et va s’user. Cela risque de mener à un renouvellement prématuré de la batterie voire même du smartphone et donc à un impact environnemental plus élevé.

Surconsommation d’énergie : si l’application surconsomme, elle va augmenter l’impact environnemental mais aussi créer une gêne pour l’utilisateur en particulier sur la perte d’autonomie.

Performance après la première installation : les applications effectuent parfois des traitements supplémentaires lors du premier lancement, le temps de lancement sera donc parfois réduit. Il est nécessaire de limiter ses traitements car cette perte de performance peut être gênante pour l’utilisateur.

Performance : le temps de lancement de l’application est une donnée importante pour l’utilisateur. Il est nécessaire de le réduire au maximum tout en consommant le moins de ressources possible.

Performance en 3G : dans des conditions de réseau dégradées, il est nécessaire de maîtriser la performance. Il est même possible que certains utilisateurs n’aient pas accès à l’application dans le cas d’une performance dégradée.

Et maintenant ?

Vous vous demandez certainement où se situe votre application sur ces 5 axes. Est-elle plutôt vertueuse ? Court-elle des risques ? Comment est-elle classée par rapport à ses concurents ? Avez-vous des pistes de progrès rapides ? Si vous nous le demandez, nous vous le dirons ! Contactez-nous, et nous viendrons vous présenter notre diagnostic inclusif, sobre, rapide, écologique et discret – tout comme votre application très bientôt.